Vous êtes ici

Einheit in der Vielfalt|3 of 4

Un effet secondaire extrêmement positif de la conférence Tendrel - Unité dans la Dualité fut que les scientifiques ont découvert, pendant la conférence, une base commune dont ils avaient sans doute bien l’intuition avant, mais peu d’expérience directe. La conférence a créé une plateforme commune où les différentes disciplines scientifiques pouvaient se rencontrer, ainsi que le Professeur Hans-Peter Dürr l’a espéré : «  Mes attentes à propos de cette conférence étaient que je me sentais très concerné par la situation actuelle du monde et je me demandais : est-ce que l’aspect de cette conférence est important ? Et j’ai pensé : oui, à l’heure actuelle, le contact entre les différentes disciplines est très important... »
M.A. Marit Rullmann : « J’ai découvert ici une nouvelle réalité : que la science est possible de différentes façons – dans les universités allemandes, la collaboration scientifique intersubjective n’est pas la règle et il y a très peu de possibilités de se rencontrer comme dans cette conférence interdisciplinaire. »
Et Birgit Baader dans Die Zeit : « L’espoir demeure que des conférences et des rencontres telles que Unité dans la Dualité, qui contribuent à une meilleure compréhension interculturelle et interdisciplinaire ne restent pas une exception, mais deviennent une institution établie aussi vite que possible. »

Le public a beaucoup applaudi les scientifiques dans les présentations de leurs vues fascinantes – illuminant les derniers résultats de chaque discipline l’une après l’autre – formant une magnifique «  image » kaléidoscopique de l’univers, du plus petit au plus grand possible. Cependant, à la fin, le public souleva de nombreuses questions telles que : « Pourquoi est-ce que cela prend si longtemps pour que les résultats de la recherche scientifique moderne, brisant les barrières ordinaires, ne soient mis en application dans notre culture pour avoir un véritable impact sur notre façon de vivre ? »
Le Docteur Rupert Sheldrake a clarifié ce point en disant : « Plusieurs personnes m’ont dit qu’elles étaient étonnées de la façon dont les scientifiques s’accordent les uns avec les autres et à quel point le message de la science moderne était magnifique… Cependant, les points de vue que vous avez entendus ici ces jours-ci ne ressemblent pas à ceux qu’on entend dans la plupart des institutions scientifiques. Il y a un long chemin avant que ces découvertes ne pénètrent la science elle-même, et encore plus avant qu’elles ne touchent l’éducation scientifique qui continue toujours d’enseigner un matérialisme figé à 100 millions de jeunes gens de par le monde. Ils apprennent une science de jadis décrite de la plus ancienne manière, à très peu d’exceptions près. Il y a un très long chemin avant que ces découvertes ne pénètrent notre culture. »

Une vision commune – qui paraissait vraie – permit à un flot d’énergie et de sentiment d’interconnexion de circuler parmi les scientifiques et le public, ainsi :
La rencontre de mots qui semblent normalement contradictoires : la rencontre des sciences dures qui constituent la base de notre vision de la réalité et de l’ancienne sagesse liée à la spiritualité.
Comme le Professeur Thuan l’exprimait dans une interview à la journaliste Michaela Doepke : « Il y a une énergie énorme ici. Je crois que nous partageons une vision commune… tous les participants à la conférence cherchaient… un lien entre la science et le Bouddhisme. Trois jours pour examiner la réalité. Oui, et il y a ce champ commun d’énergie qu’on peut sentir dans la pièce. Tout fait qu’il y a une énergie très positive ici, pas uniquement au point de vue mental, intellectuel… on peut vraiment sentir comment le corps et l’esprit forment une unité. »

J’espère qu’avec ce livre, nous serons capables d’apporter toutes les richesses de cette conférence révolutionnaire au lecteur. J’espère aussi que de posséder ce matériel permet de trouver le temps pour une nécessaire réflexion concernant la mise en œuvre de ce qui est devenu si évident lors de la conférence. Espérons aussi qu’un livre comme celui-ci aidera les enseignants des différents instituts d’éducation à pousser au changement des programmes pour permettre aux étudiants d’avoir une compréhension bien plus précoce de ce nouveau paradigme que la science moderne dessine, à la fois en elle-même et par sa rencontre avec l’ancienne science interne. Puisse ce travail favoriser le déploiement de la compréhension, pour le bien de l’humanité, de l’interrelation de l’existence en vue d’une perspective pour le futur plus constructive, responsable et joyeuse.