Vous êtes ici

Combattre le stress

Gérer le stress

Nous sommes tous familiarisés avec le tremblement nerveux, le mal de dos, le mal d’estomac et le fait de tourner en rond et aussi d’être trop nerveux pour ressentir notre propre être – c’est ainsi que nous rendons nous-mêmes difficile de nous sentir bien et adaptés et qu’au contraire, nous nous sentons perdus et n’avons pas de vue d’ensemble. Ceci pourrait être considéré comme les premiers signes de stress. Le stress est devenu une condition largement répandue.

Il y a beaucoup de théories sur comment changer notre manière d’être stressée. D’après Unité dans la Dualité, en partie à cause de notre façon de vivre moderne hyper-rationnelle, nous n’avons pas d’harmonie et d’équilibre dans notre monde intérieur et donc, nous développons plus facilement que jamais du stress et des maladies liées au stress. Pour aller à la racine du problème, il nous faut comprendre vraiment nos tendances sous-jacentes, gagner en lucidité et essayer de les changer.


Ici, il nous faut séparer en deux catégories les causes de stress et donc partiellement facteurs de stress : les facteurs extérieurs et les facteurs intérieurs. Les facteurs de stress extérieurs, sans parler de la violence mentale et physique, tiennent principalement au fait que tout dans notre société se produit à une vitesse très élevée et que les niveaux d’information et leurs exigences s’accroissent rapidement. Les facteurs de stress intérieurs viennent spécifiquement de nos tendances de plus en plus répressives et projectives, du fait de notre condition autoréférentielle générale associée à un corps et un esprit généralement divisés et dominés par l’aspect conceptuel / rationnel de nos capacités mentales.

Selon Unité dans la Dualité, nous ne devenons vraiment stressés que lorsque nous sommes divisés. Il est donc très important d’entretenir une relation intérieure équilibrée. Les sens nous ramènent au présent et à la réalité humaine communément partagée et réduisent donc le stress par ces deux aspects. La sensation corporelle nous amène aussi à la proximité de notre sensation d’être intérieure et authentique et de notre force intérieure, ce qui réduit la peur. En même temps, elle nous amène en contact aussi avec le ressenti autoréférentiel qui détermine le centre à partir duquel notre réalité se développe, ce qui permet de changer les autoréférences vulnérables dérangeantes.

Notre fonction conceptuelle étant abstractive et la réalité conceptuelle ne reposant que sur les mots que nous utilisons pour nommer, elle est extrêmement sensible aux expériences autoréférentielles négatives préparant le terrain d’expériences négatives et destructrices de la réalité pour nous-mêmes et les autres. Ces tendances font leur chemin et sont la cause indirecte de stress, spécialement lorsque ce type de conscience est dominant. Notre domination conceptuelle générale, en particulier lorsqu’elle est associée aux vulnérabilités est donc aussi une composante directe du stress.

D’après Unité dans la Dualité, si nous nous occupons de ces facteurs de stress intérieurs et les réduisons, nous serons beaucoup plus résilients si des facteurs de stress extérieurs s’élèvent. Dans ce cours, nous basant sur les interrelations mutuelles entre le corps et l’esprit et l’esprit et les phénomènes (sujet-objet), nous allons examiner comment réduire le stress d’après ces principes.

Ce cours s’adressent à tous les horizons de vie : aussi bien les gens ordinaires que les psychiatres, les psychologues et les psychothérapeutes.