Vous êtes ici

Shamata & Vipassana

Entrer dans la dimension spirituelle
Shamata et Vipassana selon Tarab Tulku XI

Dans cette retraite d’été, nous discuterons et examinerons ensemble shamata et vipassana et l’importance d’obtenir les deux pour entrer dans la dimension spirituelle selon la ligne de l’enseignement Unité dans la Dualité de Tarab Tulku XI.

Il y a de nombreuses pratiques de méditation ayant pour objectif l’obtention de shamata. Nous en présenterons certaines, par exemple, l’utilisation des « couleurs » et la méditation de visualisation de l’ « élément » qui améliorent notre subtilité, tel que présenté dans l’Abhidharmakosha de Vasubhandu. Nous utiliserons aussi les méditations du « son » et de la « nature de l’esprit » pour entrer dans une plus profonde expérience de l’unité, semi-shamata. Et pour finir, sur cette base, nous essayerons d’utiliser les forces subtiles de l’intellect pour nous entraîner au semi-vipassana, approfondissant ainsi notre compréhension et notre réalisation de nous-mêmes et de la réalité.

Tarab Tulku XI a construit son entraînement à la méditation sur une tradition dérivant de l’université de Nalanda, dans le Nord de l’Inde telle que décrite par Kamalashila (env. 740-796) puis développée par les maîtres tibétains comme Tsongkhapa, fondateur de la tradition Gelug – l’école du Dalaï Lama. Il est mentionné très clairement dans cette tradition que sans l’obtention de shamata et vipassana, nous n’avons pas de porte d’entrée au développement spirituel, et l’union de shamata et de vipassana est la base pour développer tout niveau de méditation.

Un aspect de shamata est l’utilisation des « yeux de l’esprit », c’est-à-dire d’un « corps d’énergie » tel que le corps de rêve par lequel la méditation de visualisation est une méthode de génie, mais pas la seule.

Shamata est de la nature de l’absorption méditative (samadhi) et décrit une série d’états unifiés donnant lieu à une expérience de béatitude de plus en plus profonde et forte qui est nécessaire à la progression sur le chemin spirituel. Dans ce processus, les réalités conceptuelle et imaginale diminuent pour finalement, au 3ème niveau de méditation, laisser place uniquement à la « conscience du ressenti » de l’union sujet – objet, corps – esprit et matière – énergie (champ potentiel).

Dans la tradition de Kamalashila, sur la base de l’unité unipointée de l’esprit subtil, de l’esprit et de la réalité subtile à différents niveaux d’existence, vipassana peut être décrit comme le moyen méditatif, utilisant les capacités conceptuelles raffinée de Jnana (Tib. : sherab), d’améliorer la réalisation, la progression vers « la vacuité », « la nature de l’esprit et des phénomènes », « la nature de Rigpa » ou « la nature de l ‘unité » - Shamata et Vipassana étant les moyens de transformation sur la voie.